A propos

Wabidiboo, c’est la chronique d’Ad, Blog dédié aux contenus digitaux africains, et je vous remercie de tout cœur pour votre présence ici. Je m’appelle Alain Didier Wondje, mon rêve est d’écrire l’Afrique, changer le monde et accessoirement devenir auteur professionnel.

« Wabidiboo » est une expression construite pour pouvoir être prononcée dans toutes les langues et à tous les âges. Nativement, le « oo » de la fin se prononce « ou ». Au cas où quelqu’un se serait posé la question, ce mot ne veut absolument rien dire.

Le but de cette tribune est de décrypter les  pépites digitales africaines, en trouver le sens [quand il y en a un], et surtout les partager aux plus grands nombres. Mes centres d’intérêts sont surtout les œuvres créatives et l’entrepreneuriat numérique mais nous pourrons explorer d’autres univers de temps en temps, comme la citoyenneté ou même, pourquoi pas, la politique. Pour atteindre cet objectif les articles seront produits sous quatre labels, en fonction de l’actualité ou de la nécessité :

Avec les chroniques d’Afriques, je partagerai avec vous les nouvelles ou anciennes pépites des contenus africains francophones et anglophones, les articles et auteurs qui m’ont ému ou édifié, les œuvres vidéo ou audio qui peuvent vous faire aimer ce continent. J’y parlerai par exemple de l’auteure Nnedi, de l’entrepreuneure Paola Audrey ou du blogueur Kamga, pour ne citer que ceux là.

Dans les chroniques numériques nous pourrons commenter les actualités technologiques intéressantes, discuter l’avenir et le présent du contenu africain, parler des différentes plateformes d’écritures et de partage de nos articles et de nos blogueurs préférés. Pardon d’avance pour l’humour décalé, lorsque je commenterai le comportement africain sur les réseaux sociaux, quand  je traiterai la question de l’influence ou quand nous discuterons de la nécessité des communautés digitales.

Dans les chroniques asocio-logiques vous lirez mes observations, mes hypothèses ou opinions concernant l’importance du contenu, où je pense qu’il va, où il devrait aller. Les articles seront forcément subjectifs mais le débat y sera vivement encouragé. Ici nous débattrons ensemble de questions importantes pour un ecosystème de contenu stable en Afrique: l’intérêt de la pop culture,  la place de l’Afrique dans le contenu mondial, ou la notion de haine sociale.

Dans Plus d’Ad je parlerai de moi, de ceux qui m’inspirent le plus comme Gladwell, Sivers ou Benjamin P Hardy, de mes aspirations, et surtout je partagerai avec vous mes propres créations. Ce seront des traits d’humour, des textes d’humeur, destinés à éviter que les stats du blog planent à 3,6 vues par jour. D’ailleurs à ce sujet, vous êtes très vivement invités à vous exprimer: Sur ce blog il n’est pas nécessaire de fournir ses identifiants pour laisser un commentaire, vous pourrez donc donner vos avis de la façon qui vous convient, il suffira pour cela de lire et respecter la charte des contributions et commentaires. Oui, j’ai une charte, et je vous invite à faire de même :-).  Ceci dit, une question reste encore sans réponse : pourquoi faire tout un blog sur le contenu africain ?

L’Antarctique est le continent le plus au sud et le plus froid de la planète Terre. Avec ses 14 millions de kilomètres carrés il est un peu plus petit que l’Afrique ou l’Asie mais un peu plus grand que l’Europe. On y trouve très peu d’espèces et une population humaine moyenne de 1500 habitants. Ainsi, à cause de l’immense couche de glace qui le recouvre, de l’absence de pluie et de la rareté de la vie en ce lieu, on le considère comme le plus grand désert du monde.

En 2013 l’encyclopédie libre Wikipedia disposait de plus d’articles sur l’Antarctique que sur 53 des 54 pays d’Afrique. En fait, la totalité de l’Afrique dispose de moins de 10 % du contenu numérique mondial en termes de quantités de mots, de nombres d’abonnés et de volume, et les noms de domaines Made in Africa comme « .co.za », « .tg » ou « .cm » constituent à peine 2% du Web, offrant peu d’intérêt pour les moteurs de recherche qui finissent par les ignorer. D’un point de vue numérique et si on se réfère strictement aux faits, l’Afrique n’existe pas.

Mon rêve est d’inverser cette tendance.

C’était la chronique d’Ad et notre aventure commence ici.

Publicités

Et vous? Qu'en pensez vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s