Le retour du Nokia 3310 est-il pensé pour l’Afrique?


Image Nokia 3310 version 2017

Nous avons tous passé des heures entières devant Snake niveau 9, nous avons tous crié de surprise lorsque ce téléphone bleu métallisé tombait de trois étages, sans aucune séquelle. Le Nokia 3310 est revenu. Peut-être même qu’il est revenu pour nous.

Le Nokia 3310 est une légende de la téléphonie mobile, un des plus vendus, juste derrière le 3210, sa version précédente. A l’heure des téléphones « intelligents »,  il est ressorti de l’entreprise finlandaise avec de nouvelles fonctionnalités, toujours la même longévité et beaucoup de questions.

Selon Independant, On l’annonce pour un début de commercialisation mondiale à partir du deuxième trimestre au prix de 49 €, c’est-à-dire un peu moins de 40 000 FCFA. C’est donc plus cher que les téléphones 4G d’entrée de gamme comme le L860 proposé par MTN chez nous, mais on n’est pas là pour parler chiffres. LeMobileAuKamer et GeekDeBrousse le feraient mieux que moi.

Parmi les nouvelles fonctionnalités du [re]nouveau Nokia 3310: Presse-Citron parle de 22 heures d’autonomie en appel, près d’un mois d’autonomie en stand by, un écran couleur, un appareil de photo de 2 MP, un accès à internet simplifié avec un Opéra Mini intégré, et… Snake. Ils ont pensé à tout. 

D’un point de vue stratégique, l’idée peut laisser un peu perplexe. La sortie de cette nouvelle version fait très probablement partie d’une nouvelle orientation stratégique de la marque. Or lorsque l’on regarde les spécificités de l’appareil, on a du mal à s’empêcher de penser qu’il est conçu en pensant aux régions avec peu d’ouverture à internet et des problèmes de réseau électrique. Un peu comme… L’Afrique ? La marque serait-elle en train de viser les « marchés émergents » ? Et si c’est le cas, On pourrait s’attendre à une communication accrue des produits sur nos territoires. Ce ne serait pas une surprise, vu que des marques comme TECNO ou Infinix parient aussi sur les mêmes segments.

Ceci dit, certains éléments font douter de cette théorie, notamment le prix. 40 000 FCFA pour un téléphone qui ne fait pas les « wazzaps » et les « Facebook », il y a peu de probabilités que ça fasse trembler la clientèle de Douala, qui est habituée à des offres hyper-compétitives comme celles du chinois Itel qui offre des téléphones tous simples à moins de 10 000 fcfa, avec parfois trois à quatre jours d’autonomie. Sauf qu’ils n’ont pas Snake. Snake is great. Snake is Bae.

Sans humour, les raisons d’acheter ce télépone ne manquent pas. Un mois sans avoir à charger un téléphone tout en pouvant accéder à internet, ce n’est pas banal, surtout que le téléphone pourrait être disponible en version deux puces. Le top du top. Maintenant il ne reste plus qu’à regarder dans les prochains jours pour voir si nous retrouvons le Nokia 3310 dans nos boutiques.

C’était la Chronique d’Ad et si vous vous souvenez du Nokia 3310, vous êtes vieux.

Plus:

  • Cet article de « 20 minutes » tente d’expliquer les différentes déconvenues de Nokia qui, rappelons-le, était leader mondial jusqu’à ce que les phones intelligents soient la base du marché téléphonique. Quelqu’un a parlé d’innovation?
  • Cette vidéo montre ce qui se passe lorsqu’on teste la résistance d’un Nokia 3310 sous la pression d’une tonne. On débattra ensuite du niveau de débilité qu’il faut passer un téléphone sous un presseur hydraulique -_-
  • Une légende raconte qu’en 1980, Motorola avait parié sur des prévisions de vente de téléphones de 900 000 unités en l’an 2000. En l’an 2000, Nokia, avec le 33 10 notamment faisait des chiffres de 900 000 téléphones vendus… toutes les 19 heures, avec un chiffre actuel de plus 129 millions d’unités vendues.
  • Pour ceux qui seraient encore nostalgiques de Snake, son concepteur propose cette application android  qui pourra leur rappeler de beaux souvenirs.

Publicités

Publié par

3 réflexions au sujet de « Le retour du Nokia 3310 est-il pensé pour l’Afrique? »

  1. Je vois ce nouveau 3310 comme un appareil complémentaire au smartphone. Un second téléphone avec une autonomie gigantesque pouvant survivre pendant les nombreux delestages, c’est plutôt intéressant. D’ailleurs il y a une coupure de courant au moment où j’écris ces lignes. 😀

    Je le vois mal comment seul et unique portable tout de même.

    Petite rectification au niveau du prix. 49 euros c’est environ 32750 fcfa au lieu de 40.000. Ça reste tout de même excessif je le concède.

    1. Bonjour, commentaire très pertinent :). J’ai supposé que le prix serait supérieur une fois les marges des distributeurs ajoutées d’où le montant donné.

      Pour l’argument du délestage, nous sommes tout à fait d’accord, mais à 32000 FCFA pour un mois d’autonomie ça semble un mauvais rapport qualité/prix?

    2. Ah oui je vois.

      Pour le prix ce n’est pas excessif pour quelqu’un qui désire avoir un smartphone de secours. Mais si je me mets dans la peau de l’Africain lamba, avec son petit budget, il n’a pas les moyens de s’offrir deux téléphones.

      Il a tout à gagner à s’acheter un « vrai » smartphone quitte à l’acheter un tout petit peu plus cher. Pour lui, acheter un téléphone incapable de « wazaper » c’est impensable tant cette application permet de faire des économies énormes sur les appels.

      Avec des marques comme Itel qui proposent des smartphone à des prix ultra compétitifs, ce Nokia aura du mal à se faire une place.

      Je l’enterre peut-être trop vite mais je ne demande qu’à être surpris.

      C’est peut être mon côté nostalgique qui parle mais j’apprécie beaucoup cette marque et j’aimerai bien la voir sortir la tête de l’eau.

Critiquez, partagez, commentez :)

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s