Excuses publiques


Wabidiboo, c’est la chronique d’Ad, ça fait maintenant trois mois que je n’ai rien publié. Je vous dois, pour cela, indubitablement, des excuses, des explications et des promesses. Dans cet ordre. Mais ne vous inquiétez pas, le sujet va vous concerner si vous aussi vous avez des travaux sur le feu que vous laissez chômer.

« Tu ne nous a pas respecté ». C’est la phrase qu’une lectrice assidue a prononcé devant moi, après qu’elle eût été irritée par mon absence de publications. Pas un article depuis trois mois. Au début, aux premières semaines, elle disait juste « ça va aller », et puis comme il me manquait le bon matériel, la connexion, plusieurs autres éléments… Ça a fini par tomber.

1-Des excuses

« Il vaut mieux donner des réponses plutôt que des excuses ». Cet adage signifie qu’il vaut mieux, lorsqu’on gère un projet, annoncer d’avance ses limites plutôt que de frustrer son public avec des bavardages inutiles après que le mal soit fait. Il aurait suffit d’un article d’excuses un peu comme celui-ci. Malheureusement, nous avons souvent tendance à nous justifier après coup, plutôt qu’avant.

C’est une très fâcheuse habitude, surtout dans les contextes africains. Le mieux est toujours d’informer avant, et justement, j’aurais dû vous informer de mon absence de cette plateforme digitale, au lieu de vous mettre face aux faits. Pour cela, pardon. Ceci dit, une personne ayant des résultats attendus doit quand même fournir des réponses en cas de non atteinte des objectifs, vous les aurez.

2-Des explications

Le temps. Toujours. Selon un sondage AfroBloggers sur Twitter la ressource la plus sollicitée pour écrire c’est le temps.

Je pense que c’est faux. J’en suis même certain. Bien sûr dans certains cas le temps peut vraiment être un élément incapacitant, mais je reste convaincu que dans l’accomplissement de nos projets, la ressource la plus sollicitée c’est la motivation, elle même dépendant de la vision qu’on a de nos projets.

Je m’étais engagé à produire au moins deux chroniques mensuelles, une d’humour et une un peu plus sérieuse. Malheureusement une pression venant de je ne sais où me motiva à essayer de publier hebdomadairement, je commis l’erreur fatale: Mon rythme habituel devenant difficile à tenir je commençais à baisser volontairement la qualité de mes articles et à publier sur tout et n’importe quoi juste pour tenir les délais. La technique étant inefficace, je fus atteint du syndrôme d’Antoine Daniel: je stressais plus à chaque nouvelle publication, cherchant à la rendre meilleure que la précédente.

Consequence évidente, j’arrivai à un point fatidique de non retour, la page blanche. C’est à ce moment que, souhaitant tout arrêter, je publiai l’article « la fin(?) de la chronique » que je voulais voir comme la fin de mon aventure blogique. Un truc de fan de Diam’s. Son dernier album est son meilleur, et la dernière chanson est la meilleure de l’album. C’est ce qu’on appelle le talent.

Bref.

3-Des promesses

Je reviens. Après une pause de trois mois au cours desquels j’ai pu écrire pour TechOfAfrica en tant que chroniqueur, après trois mois au cours desquels j’ai pu accroitre la présence de la communauté dont je suis le représentant Afrique francophone, @afrobloggers, après trois mois de lectures, d’audios et de vidéos sur les start up et l’économie numérique.

Je renoue donc avec mon rythme de base, c’est à dire deux articles par mois: un article court orienté humour, une chronique plus longue traitant du comportement social africain vu sur et à travers les réseaux sociaux. Bien sûr, de temps en temps, vous pourrez trouver ça et là des shots sur quelques actualités. Evidemment, parce que tel est mon nindo, la personne qui aura le plus la parole, ce sera celle qui sera derrière son écran actuellement à lire ces lignes.

Mon but, avec ce blog, n’est pas vraiment d’écrire, c’est de donner la parole à ceux qui veulent parler, mais n’ont pas de plateforme pour le faire. Vous êtes les auteurs, je ne suis que le micro.

C’était la chronique d’Ad.

Publicités

Publié par

5 réflexions au sujet de “Excuses publiques”

  1. Le syndrôme d’Antoine Daniel, je ne savais même pas qu’il y’avait un nom pour ce truc. Quand tu veux écrire, mais que tu as peur que ce ne soit pas bien, ou aussi bien que le précédent. Du coup tu n’écris pas… Moi même j’ai fait quasiment 2 mois sans écrire. Je n’ai repris que la semaine dernière. On va essayer de garder le rythme. Du courage à toi!

    J'aime

    1. Le « syndrome d’Antoine Daniel » est une création personnelle, tirée de l’expérience d’un Youtubeur français devenu légendaire…

      Maintenant, le meilleur avec crise de plume c’est que si on s’en remet, c’est toujours annonciateur de belles choses :-).

      Mais dis, qu’est-ce qui a pu te motiver à te relancer?

      Aimé par 1 personne

Et vous? Qu'en pensez vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s