« Je me suis arrêté à The Fray »


Lorsque j’étais ado, Patty, une de mes muses, m’avait offert une compilation CD de  plusieurs chansons de son univers musical. Il s’agissait de divers groupes de musique pop-rock en vogue à l’époque. 

J’y avais découvert entre autres Nickelback, que Patty avait mis juste pour que je « sache ce qu’est la musique sans intérêt ». Je découvrais aussi dans cette compilation « The script » avec leur talent incomparable pour les histoires de rupture et enfin, « The Fray », la totalité de l’album du même nom.

En apprenant leur foi, l’une de leurs chansons est devenue ma préférée :

« How to save a life » The Fray

J’exagère peut-être, mais cette compil a presque changé ma vie, ma manière de voir la réalité, ma manière d’apprécier la musique, l’existence en général. Surtout, je fus plus proche que jamais de Patty, découvrant par le même temps les joies d’une amitié sincère. 

Plus tard, quand elle est rentrée de sa première année de fac à l’étranger, ses goûts musicaux avaient changé. De nouveaux groupes hantaient ses lecteurs, son disque dur était rempli de titres complexes et indescriptibles. Du jazz-fusion expérimental, de la funk pop rétro-futuriste, Patty a toujours été dans le futur. Naturellement, l’inévitable se produisit: je découvris qu’avec le temps ses goûts musicaux, ses intérêts avaient changé. Pas les miens.

Je n’ai jamais cessé d’aimer The Fray.

Certaines personnes peuvent avoir cet effet sur nos vies, celui d’amener à vous la lumière, puis repartir en la laissant briller dans vos coeurs. Ce n’est pas un hasard si l’Homme fais partie des rares animaux à ne pas être independant avant plus de dix huit ans, voire plus depuis que « finir ses études » est devenu un concept flou comme la vue du père castor sans ses lunettes.

Nous sommes conçus pour être influencés par ceux qui nous entourent. Je pense même que les seules vraies décisions que nous prenons concernent ceux que nous choisirons pour nous influencer, le reste appartient à la mécanique de la vie.

Patty n’était pas particulièrement proche de moi à cette époque et ne savait probablement pas quel impact son geste pourrait avoir sur ma vie. Ce n’était probablement pas prémédité, sa décision de partager avec moi ses découvertes, ses passions. Elle livrait quelque part une partie de son identité et je trouve très courageux ceux qui accomplissent ce genre d’actes.

Je ne pense pas que je pourrais personnellement me livrer ainsi pour qui que ce soit, mais certains blogueurs que je connais le font. D’ailleurs nous pourrons le voir au prochain Bloggers Forum, qui aura lieu du 7 au 8 octobre 2016, donc demain.

C’est une initiative ambitieuse de jeunes blogueurs camerounais ou étrangers, un rassemblement ayant pour buts la promotion des blogueurs et de leurs actions, la réflexion autour de leur impact au quotidien et une sensibilisation de l’intérêt public pour l’activité du blogging. Ainsi vous n’avez pas forcement besoin d’être vous même blogueurs pour participer, puisque de toutes manières, si vous tenez un compte facebook ou SnapChat, vous bloggez déjà. 

Pour avoir déjà été à la dernière edition de l’événement, je peux assurer que le déplacement vaut la peine, surtout que l’édition de cette année est gratuite et je ne suis pas sûr que ce sera le cas tous les ans, vus les investissements en temps et en énergie nécessaires.

Vous pourrez lire un bref résumé de l’édition précédente du bloggers forum et prendre plus d’informations auprès des liens ici ou en cliquant sur l’image, et si vous ne vous trouvez pas sur le territoire camerounais vous pourrez suivre tous les ateliers en direct via les comptes Twitter et facebook inscrits sur l’affiche, ainsi que via le htag #blogforumdouala.

 

C’était la Chronique d’Ad, et moi je vais écouter The Fray 🙂

Publicités

Publié par

2 réflexions au sujet de “« Je me suis arrêté à The Fray »”

  1. Did Patty read this? Because I think she will be very pleased to find out how a single selfless act has gone a long way to influence you this much.

    I know the feeling. Almost every song I listen to on a regular basis reminds me of someone and/or an event. Usually, in a good way. Sometimes, not so much ( which is why there is a recycle bin 😀 )

    « Where did I go wrong…I lost a friend…somewhere along in the wilderness
    and I would have stayed up….with you all night…had I known how to save a life… »

    Thank you for the memories AD. Keep writing!

    Aimé par 1 personne

Et vous? Qu'en pensez vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s