Féminisme, Panafricanisme, et la Sauce


image

Aujourd’hui nous allons parler du faux panafricanisme avec Mylène, du faux féminisme avec Anne-Marie et puis on pourrait parler des faux couples avec Sam, ou des fausses sauces aussi comme c’est à la mode, mais j’hésite… Hmm. On verra à la fin de l’article.

Wabidiboo, c’est la chronique d’Ad, et les pépites numériques sont un espace dédié à vous faire découvrir les plumes qui peuvent changer vos vies, changer vos points de vue, changer vos cœurs. Vous pouvez jeter un oeil aux précédentes éditions ici, et maintenant concentrez vous:

Aujourd’hui nous allons parler de la mauvaise foi. Vous lirez quatre articles, de quatre blogueurs et blogueuses africains, qui expriment leurs points de vue sur des sujets que nous touchons tous les jours, mais sur lesquels nous ne nous arrêtons pas. Ils l’ont fait, et sachez que ce sont des avis subjectifs, que vous n’avez pas à agresser, même s’ils vous paraissent complètement fous. Je ne suis moi même pas d’accord avec la grande majorité de ce qu’ils disent, mais ça n’empêche pas qu’ils aient le droit de le dire.

Prêts?

Banzaï!

*Openning: « Look where we are », Hoobastank*

  1. J’aurais aimé être féministe

Anne Marie Befoune est une traductrice indépendante de nationalité camerounaise. Elle est parallèlement membre de l'Équipe permanente du Think Tank ouest-africain WATHI et appartient à la league des activistes africains "Africtivistes". | Anne Marie Befoune is a Cameroonian freelance translator. She is a member of the permanent team of the West Africa Think Tank WATHI and a member of the league of African Activists "Africtivists".
Anne Marie Befoune est une traductrice indépendante de nationalité camerounaise. Elle est parallèlement membre de l’Équipe permanente du Think Tank ouest-africain WATHI et appartient à la league des activistes africains « Africtivistes ».

Anne Marie est une Blogueuse, traductrice free lance camerounaise vivant actuellement au Sénégal. Anne Marie est un mélange atypique. Sa personnalité, que l’on peut découvrir via sa page facebook car elle accepte les demandes d’amitié 😉 est à la fois légère et consistante, comme ces personnages des films d’auteur français, à la fois ennuyeux et romantiques. Atalakou quand tu nous tiens.

Elle aime Bleach *personne n’est parfait* et écrit sur les questions de citoyenneté. Son travail est très rafraichissant, et vous pourrez le découvrir par vous même ici ou en cliquant sur l’image du site, puisque nous n’allons nous attarder que sur un de ses billets les plus critiques.

ElleCitoyenneImage
J’aurais aimé être féministe image: Jeune fille aux seins bandés pour éviter le développement de la poitrine.

Elle traite la question du féminisme avec un pragmatisme exemplaire, donnant un avis raffiné, qui vous permettra au moins une chose: de changer votre façon de voir la problématique africaine grandissante qu’est « la place des femmes dans les sociétés africaines modernes ». Comme si les femmes avaient besoin qu’ont leur attribue une place -_-. bref. Voici un résumé succinct de son article, et je vous invite à cliquer dessus, à le partager, et surtout à vous faire votre propre avis bien sûr.

Le féminisme à l’africaine semble avoir acquis au fil du temps les caractéristiques des discussions de salon : en raison de la dogmatisation des points de vue des leaders du  mouvement, les mêmes sujets sont battus et rebattus au point où ils perdent leur sens et sonnent creux.

2. « Cette Afrique qui me soûle »

Mylène est une vieille béninoise écrivain *et pas « écrivaine », parce que les plumes n’ont pas de genre ». Son job, c’est d’écrire. Elle écrit sur Founmi, elle écrit sur Irawo, elle ecrit sur facebook. Elle écrit ses livres, ses doutes, ses fictions, ses repères. Je ne mentionne pas les liens par éthique, car je ne lis pas ses écrits, et je n’encourage pas quelqu’un à les lire. Paradoxal je sais. Mais je n’aime pas son irrévérence envers la chose spirituelle, et si quand j’aime, je partage, quand je n’aime pas, je ne partage pas. Voilà, çà c’est dit.

Cependant, certains de ses jets d’encres ont un effet coup de poing sur le comportement, notamment lorsqu’elle fait trembler la toile jusqu’aux bureaux de la première dame du Benin avec ses propos sur la propriété intellectuelle. Je pense bien que malgré son irrespect pour Lui, Dieu se sert de cette demoiselle pour laver un peu la boue qu’il y a dans nos têtes d’africains machistes et bornés. Quand à sa place dans cet article, elle est due à ce billet, publié sur la plateforme d’écriture Medium, un site de partage d’articles:

Mylene Flycka Cliquez sur l’image, et lisez l’article. Lisez le jusqu’à la fin, et faites cet exercice mental que de vous demander si ce n’est pas de vous qu’elle parle dans cette critique. Ne regardons pas au ton ni à l’impertinence, regardons le fond, et le fond touche. Moi, en tout cas j’ai été touché. Et j’ai aimé cette sensation de réveil qu’elle a provoqué en moi. J’aime, et donc, forcément, je partage.

Petit bémol ceci dit, car sa conclusion mérite qu’on s’y attarde:

Il n’existe pas une Afrique: Il existe des Afriques. Plus exactement : 54 Afriques. L’Afrique n’est pas un pays encore moins une culture.

Pour le coup je ne suis pas D’accord vu qu’il n’y a effectivement qu’une Afrique, qui est un continent, que cette Afrique est composée en fait de 55 pays, et non de 54, comme le montre cet article d’AfricaCheck.

Et si elle voulait parler en termes de cultures il doit y avoir pas moins de 300 Afriques, différentes par leurs langues et leurs traditions, mais dans lesquelles ont retrouve des points communs, des histoires communes sur tout le territoire Africain. Ce qui signifie en fait qu’il y bien une unicité culturelle en Afrique, vu qu’on a [presque] la même histoire, presque tous vécu le colonialisme, vu qu’on peut faire une série de tweets sur les « parents africains » depuis l’Ouganda et se sentir concernés en côte d’Ivoire…

Oui, comme vous le voyez, j’ai commenté son billet, et je vous invite à faire de même, et bien sûr, à partager le plus possible, pour que d’autres se fassent leur avis. Car au delà de tout, la principale qualité de Mylène, c’est cette incroyable aptitude à vous pousser hors de votre zone de confort. En la lisant,  vous ne pouvez ne pas vous faire un avis, prendre position par rapport à  ce qu’elle dit. Alors allez-y, cliquez, lisez, partagez ses textes.

3. Les faux semblants

Bon, j’ai réfléchi. nous avons déjà parlé de Samantha dans un article précédent, et si je reviens avec son nom vous allez dire que c’est parce que je n’ai pas d’inspiration. Laissez moi vous présenter quelqu’un. Vous savez, dernièrement, j’avais prié pour que la blogosphère voit naitre des analystes de la pop culture pour recadrer un peu cette industrie florissante mais décadente. C’était ici:

Popculture etoo star wars
« Les côtés obscurs de la pop culture », ou tentative de description des défis du traiterment pop culturel en Afrique et ailleurs

Et bien Quelqu’un, nous savons qui, a entendu ma prière et voici, enfin voila… Moi! Enfin lui. Voilamoi quoi. Son blog s’appelle Voilamoi en fait. Bref.

L’Atome, qui est entré dans la blogosphère comme un titan dans une école primaire, a fait du bruit sur certains réseaux, beaucoup de bruit. Parce qu’il tire à balles réelles, et chacun de ses articles est un coup de corne dans les côtes de la culture urbaine camerounaise, description qui convient aussi à une certaine Daw… demoiselle dont j’ai déjà parlé, il y a longtemps.

HS: Je trouve son pseudo particulièrement pourri en passant, mais ça reste bien dans la tête. Atome. Seriously.

L’Atome parle de musique, et un de ses derniers shots a visé un titre qui fait beaucoup de bruit en ce moment, une chanson sur la cuisine, et sur les condiments. Mon avis sur le titre en question ne peut pas être exprimé sans gros mots, je m’abstiendrai donc. Mais l’avis d’Atome est assez critique, précis pour toucher là où ça fait mal, et c’est comme l’alcool. Ca pique, mais après on va mieux. A lire donc ici.

Comme dit plus haut, n’hésitez pas à commenter leurs articles, dites ce que vous en pensez, et c’était la Chronique d’Ad, en version originale non sous-titrée.

 

Publicités

Publié par

5 réflexions au sujet de « Féminisme, Panafricanisme, et la Sauce »

  1. bon, un peu de pub perso. Découvre la nouvelle Case d’Anna (lacasedanna.com) and just let me nkow what u think about it. Sinon, je connaissais 2 sur 3, merci pour le 3. J’ai lu son article sur la Sauce et je ne suis pas vraiment d’accord. Disons que je ne suis pas d’accord sur le futur qui prête à l’artiste. Elle a fait un son commercial ,cela est clair et net mais pour créer plus de visibilité en attente de la sortie de son album. Il est facike pour les puristes de critiquer les artistes mais nous ne posons jamais le débat dans le sens contraire. Lorsqu’elle a fait « Holy Wata » ou « African Luv », quelle a été son aura? Combien de personnes ont parlé d’elle? Ont regardé les vidéos liées à ces chansons. Lorsqu’elle a été en featuring sur Bastard, combien de personnes se sont intéressées à ce qu’elle faisait avant. C’est comme d’ailleurs Jovi avec #etp8koi et #bastard, tout le monde le reconnait pour ces chansons qui sont loin mais bien loin d’être les meilleures de son répertoire. Ce sont avant tout des hits commerciaux mais avant ça, il nous avait produit l’immense H.I.V, après ça, il nous a fait rêver avec Mboko God mais va voir les chansons qui ont fait fureur dans cet album. Le public ne se rassasie pas de la beauté artistique (#collerlapetite) et de temps en temps un artiste doit faire des compromis pour bâtir son futur. Moi je ne m’inquiète pas pour Reniss. J’attends patiemment son album et je sais qu’au-delà du bruit de « lA sauce », elle saura me montrer son être.

    1. C’est un avis qui a un certain intérêt, mais maintenant il faudrait savoir si la médiocrité ne va pas devenir la norme, et c’est çà qui gêne. Sans compter que ça donne une mauvaise image du pays à l’extérieur

    2. Je ne trouve pas que ce soit de la médiocrité!!!!! Quand Miley Cirus chante et gagne des awards, on ne dit pas que c’est de la médiocrité. Quand les chanteurs Naija se mettent à nous balancer n’importe quoi en Yoruba, on estime que c’est top. Il faut arrêter avec la masturbation intellectuelle et une certaine hypocrisie. Il y a la musique commerciale et c’est celle qui vend partout dans le monde (Thong Song ça te dit quelque chose? ) mais il y a aussi la musique que je pourrais appeler artistique. Stanley Enow et son Hein Père c’était mieux? Like seriously. Aux âmes bien pensantes, investissez dans le monde de la musique et trouvez vos réseaux pour faire planer la musique que vous trouvez top. Ou tout simplement faut déjà commencer à en parler. Je veux bien savoir si ton Atome avait fait un article sur « African Luv » lorsque cet EP était sorti. C’est toujours plus facile de critiquer. Je suis sûre que même toi tu ne connaissais pas la pauvre Reniss avant « la sauce » (vu que c’est pas ton style de musique) donc cette chanson aura au moins-ce le mérite que tu ailles chercher ce qu’elle faisait avant. Mauvaise image du pays peuuuuh!!!! comme si ce pays avait une image!

Critiquez, partagez, commentez :)

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s