Trois petites questions sur: le traitement de l’information africaine


Imaginez, vous êtes là, en train de pratiquer cette activité très intéressante qui consiste à ne rien faire, et puis soudain, vous tombez sur un article qui titre ceci:

Image Lemonde 1

Forcément, face à ce type d’articles il y a tout un panel de réactions, dont les plus pertinentes sont:

Ceux qui disent « Hâ donc en fait depuis toutes ces années, je n’étais pas codeur, j’étais cordonnier -___-« .

Ceux qui disent « Hâ, c’est encore le méchant blanc qui vient chez nous et qui fait comme si il connaissait trop ».

Ceux qui disent « Hâ, vraiment, si untel a pu écrire çà, c’est parce que vous n’écrivez pas assez ».

Notez le « vous » en gras italique, pour souligner *HaHa* l’incongruïté du propos de ce groupe de  là.

Analysons ces attitudes, sans revenir sur des évidences. Oui il n’y a pas assez de publications sur les africains faites par des africains, et oui, il y a beaucoup de publications erronées faites par les européens qui parlent des africains. Ce sont des faits.

Maintenant, ajoutons-y un peu de subjectivité s’il vous plait.

  1. Y a-t-il une certaine arrogance, pour ne pas dire une arrogance certaine, chez certains occidentaux, notamment les français, concernant la connaissance qu’ils ont des africains?

Oui.

Pour ce point, je nous conseille vivement de lire cette interview d’Antoine Glaser, qui nous en apprend beaucoup sur le pédantisme des mangeurs de fromage. Il a d’ailleurs écrit un livre au titre assez évocateur sur le sujet:  « Arrogant comme un français en Afrique ». Ce serait bien de cliquer sur les liens en bleu là, pour lire la quatrième de couverture, m’voyez, histoire de savoir un peu de quoi ça parle.

OK_Antoine-Glaser_Livre_978_0

Cà, c’était pour briser ceux qui voudraient dire « Argh les africains en font toujours tout un plat pour rien ».

2. Y a-t-il une méconnaissance évidente des compétences et des capacités des africains même chez les africains eux-mêmes?

Oui.

Vraiment, il y a des choses exceptionnelles qui se font à l’échelle africaine, tous les jours, et personne n’est au courant, et c’est un problème ancré dans nos esprits, au point parfois qu’on entende des gens être surpris lorsqu’on dit qu’un acte exceptionnel soit l’œuvre d’un africain, surtout dans les domaines hautement intellectuels et techniques.

La preuve en est que l’article cité dans le titre a été corrigé, suite à des observations faites de la part de ces connaisseurs. Je peux citer ici l’excellent article d’un certain AD, qui n’est pas moi:-) et qui a répondu au billet de LeMonde comme un revers de Federer. Ou de Yannick Noah, pour rester dans le mood Africa.

Image Lemonde 1
Avant l’article du blogueur
Image lemonde 2
Après l’article du blogueur. Ouais. On est Badass.

3. Y a-t-il un problème concernant la mise à disposition des informations pertinentes sur les africains pour les africains? N’y a-t-il aucun espoir?

Oui. Certainement. Et pour preuve: cherchons des codeurs africains sur Google.

codeurs africains - Google Search_001

En fait, l’article du géant de l’information « Le monde » Apparait en premier, donc avant tous les articles africains. Il y a effectivement un problème dans la machine, et ce problème est grave. Cette capture d’écran montre que même si les africains produisent du contenu de qualité, il passera après les géants de l’information mondiale, comme… LE monde. Tous les efforts sont donc plongés dans l’eau, et les espoirs de voir l’Afrique émerger sont donc vains.

 Ou pas.

Et c’est là que vous faites un grand sourire car nous devons tenir compte de deux facteurs quand nous lisons cette capture d’écran du site de recherche Google:

Le premier est simple: Remontez un peu et voyez à quel niveau se place le titre du blogueur que j’ai cité tout à l’heure: « Le monde, il existe déjà des codeurs professionnels made in Africa ». IL est seulement en 4ème position. Mais Lisez maintenant le site sur lequel il a été publié, et vous verrez que ce n’est pas son blog. L’article original est ici, et la copie sur le site « Black-Feeling est là. En effet, en Afrique, c’est une habitude:

Un site publie un de vos articles *avec ou sans votre consentement d’ailleurs*. Si on met un lien vers votre blog ou votre page, le site vous fait monter en référencement et vous fournissez ce dernier en contenu, matière dont nous manquons cruellement comme ça a déjà été dit. L’auteur de l’article donc n’a probablement pas été payé pour son geste, et ce n’est pas comme si on inventait l’eau chaude avec cette pratique.

Cependant le fait est que c’est une habitude qui a bien des chances de succès parce qu’une grande majorité des blogueurs *entendez créateurs de contenu* le font gratuitement. Par contre les magazines européens et américains, qui ont tout plein de business models compliqués pour être rentables comme les pigistes et tout çà, n’arrivent plus à suivre avec les moyens avec internet et les nouvelles technologies.

Du coup, un « petit » blogueur africain, depuis sa maison, sur un coup de tête, a écrit une réponse à un article d’un super gros journal, et c’est l’article du petit blogueur africain qui l’emporte en pertinence, en précision. Seule la portée est encore du coté du gros journal, or. Le gros journal n’a pas intérêt à ce que son article soit sur d’autres plateformes, alors que le petit blogueur s’en bat les steaks, tant qu’il y a un lien vers son blog.

Conséquence, il y aura de plus en plus de partages de l’article de Kelly Adediha *c’est son vrai nom*, et ainsi, le blogueur africain spécialisé va botter les fesses métaphoriques du géant le monde, et faire la fierté de son Afrique, les doigts dans le nez épaté. Permettez moi l’expression, je n’ai pas pu résister.

Du coup.

Que pensez vous de la manière de traiter l’info afro? Parce qu’entre temps, il y a un super gros soucis avec tout ce qui a été dit.

Ce soucis, c’est qu’il parait que les africains ne lisent pas.

Du coup donc:

3′. A quoi ça sert du coup d’écrire, si personne ne lit?

C’était la chronique d’AD.

Publicités

Publié par

4 réflexions au sujet de “Trois petites questions sur: le traitement de l’information africaine”

  1. Un, qui a dit qu’on n’avait pas cliqué sur les liens vers les articles? Je veux dire vu comment tu as écrit, ça serait interessant autrement de te lire. Deux, quel pub toi-même as-tu fait de cet article et comment travailles-tu son référencement afin qu’il puisse lui aussi servir de voix discordante sur le phénomène spécifique des codeurs?
    Je dis ça je dis rien. Pour le reste, thanks for the discoveries.

    J'aime

    1. Un, tu as raison. Mes chiffres montrent qu’au moins 46% des lecteurs de l’article ont cliqué sur au moins un lien, ce qui décrédibilise la fin de l’article.

      Deux: Je ne comprend vraiment la question, étant donné que j’ai quand même écrit moi même un article avec pas moins de trois liens externes vers l’article en question :).

      Merci toujours

      J'aime

Et vous? Qu'en pensez vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s