09 February, 2016 8:44


« Il s’agit au fond d’une forme d’esclavage encore pire que celle connue traditionnellement dans ce pays et ressemble à celle pratiquée chez nous en allemagne -je présente toutes mes excuses à votre Excellence d’utiliser un mot fort- la pratique des usuriers professionnels et des tenants de bordels.

Tout le système d’affaires est structuré de telle manière que même dans le pire des cas le créancier gagne toujours. Ce pire des cas, c’est-à-dire l’insolvabilité définitive du débiteur est même programmée avec précision, et la nature consiste à repousser autant que possible le règlement définitif de la dette, pour exploiter à fond les faiblesses du client au profit du créancier. C’est pour cette raison aussi que l’on n’insiste pas sur le paiement total de la dette car ceci signifierait une libération pour le client. Au contraire, elle est retardée exprès par le créancier lui-même qui brandit sous menace le titre de créance quand la victime-client essaie de se libérer de ses chaînes. »

Extrait du Rapport du 22 avril 1886 concernant le « trust« , le système de vente à crédit utilisé par l’Allemagne avec les Camerounais.
Rapport écrit par Von Soden, gouverneur allemand.

Publicités

Publié par

Critiquez, partagez, commentez :)

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s