Monotheismes vs traditions africaines: Le duel


image

#Tbc

#Chronique_dAd

#Njôteur.

Cet article est écrit en tant que suiveur fidèle et


non participant au concours de blogueurs tbc.

Pour couvrir ce thème Je preciserai tout d’abord quelques détails concernant aussi bien les monotheismes que les traditions, pour finir par donner mon avis sur la question, le mien, à moi, qui m’appartient. Il est donc clair que cet article est partisan et subjectif.

Je le dis une deuxième fois parce qu’on me sait jamais: partisan, et subjectif.

1- Religions Monotheistes: hein?

Le monotheisme est le fait, dans le contexte de notre article, de ne croire qu’en un seul Dieu, qui communique avec le monde des hommes de diverses manières.  Les trois gros spécimens du genre sont Le judaïsme, le christianisme, l’islam.

Et Qu’est-ce qu’une religion? Un ensemble de pratiques et de croyances partagées par un peuple. Qu’on s’entende, le mot religion va bien plus loin que les trois exemples que J’ai cité, nous ne nous concentrerons sur eux que par convenance.

On parle donc ici des trois grandes religions monothéistes qui louent respectivement: Yahvé, Dieu, Allah.

Bon déjà faut savoir que c’est juste une question de traduction, sinon il s’agit d’une seule et même Personne (Avec grand P). En effet, « Yahve » est le nom que Dieu donne à Moïse dans le livre de L’exode chapitre 3 verset 14, traduit dans la Bible par « Je suis », lorsqu’il dit:

« Tu diras aux enfants d’Israël: « Je suis » m’a envoyé vers vous »

« Yahve » est Donc le nom de Dieu. Mais qu’elle est la traduction de « Dieu » en hébreux?

« Elohim » ou tout simplement « El » ou « Eli », comme dans « Emmanu-El » (Dieu est avec nous), « Gabri-El », Dani-El ». *Oui maintenant vous savez D’où vient le nom de superman*

Hooors. Dans les langues sémitiques, les voyelles n’existent pas, ou très peu. Ainsi, Eli, C’est juste, en fait, un truc comme « HLh ».

Bon c’est bien plus compliqué que çà hein, mais je ne suis pas linguiste, et vous pouvez vous appuyer sur les liens mentionnés pour plus d’information.

Maintenant, faites un exercice: enlevez les voyelles à « Allah ». Ça donne? « Hllh », qui veut tout simplement dire « Dieu » en langue arabe, une langue assez proche de l’hébreux.

Les trois grandes religions monothéistes sont en fait « Cousines », on va dire, toutes descendantes du Judaïsme.

À vrai dire même, le Judaïsme ne doit pas être pratiqué par une foule de gens, car trop restrictif.

Je m’explique: tout catholique qui se respecte connait les dix commandements et les sept péchés capitaux non? Hé bien en fait il n’y a pas que dix commandements, il y en a… Plus de 350 contenus dans les  livres Levitique et Deuteronome et régissant la manière de s’habiller, de se nourrir, de vivre, de gérer les finances *Oui ce sont les juifs qui ont créé les bourses de valeurs :-)* et bien sûr de gérer la relation avec Eli-Adonaï-Yahvé-Dieu  A.K.A le très haut *loué soit son nom*.

L’appellation « juif » tient donc plus de l’origine héréditaire et culturelle de la personne que de la pratique de la religion elle-même.

L’islam, le catholicisme et le protestantisme étant assez communs je pense peu pertinent d’un faire l’historique, mais on peut quand même dire que la religion la plus récente c’est L’Islam (an 600 de notre ère) et puis bon, J’en parlerai dans un prochain article si le lecteur le désire.

2- Traditions africaines: Hum.

Pas grand chose à dire en fait. L’Afrique étant basée sur des traditions orales les sources divergent assez, quoiqu’on puisse…

Je déconne. Je ne peux pas vous pilloner d’infos barbantes sur les  religions du nord sans vous donner quelques détails sur celles de L’Afrique non? Bon préparez vous.

A-Afrique c’est pas le moule.

L’Afrique n’est pas un continent compacte aux histoires équivalentes, loin de là. On compte plus de 1500 langues parlées (5000 si on prend aussi les petits dialectes comme le dùala ou le Lari) et même si on peut les regrouper en zones de migration, ça donne quand même un peu un gros n’importe quoi à traiter, du coup je me contenterai ici de parler des grandes similitudes retrouvées dans les religions traditionnelles africaines, car Pour pouvoir comparer il faut bien un référentiel, et ici le référentiel sera donc religieux.

B-Les mêmes causes dans les mêmes conditions…

Produisent les mêmes effets. Ainsi, il  y a quelques traditions, points communs, détails universels de la vie africaine de nos jours qui méritent qu’on s’y attarde:

-La Tradition Orale.
J’ai demandé dernièrement un rapport des activités précédentes d’une entreprise pour lancer un projet pour un journal. Aucune trace. Voici ce qui caractérise encore de nos jours la vie en Afrique, on dirait que les mélaninés  sont allergiques aux écrits.

Les Grandes religions monothéistes ont comme point commun un socle fiable, une base sur laquelle s’appuyer pour déformer les textes sacrés et pratiquer la guerre et l’esclavage savoir quelles sont les prescriptions de dieu avec petit d. Une bible, la Torah, le coran. Chez les africains, pas grand chose ou Peut-être si, au nord, mais ils ne comptent pas vus qu’ils sont musulmans -_-.

-L’ancestrestrisme, ou « culte-des-mortisme »©

Hé oui, dans toutes les régions d’Afrique, quand tu meurs tu as validé le dernier examen de passage pour devenir un conseiller plein de bon sens qui veille sur ta famille. Crânes, photos, douches chez les ancêtres, etc… Etc… Le plus surprenant ici, c’est que ce n’est pas propre aux africains seulement.

En effet, les catholiques prient les saints, censés être des ponts entre Dieu et les hommes. Hors un saint, c’est rien d’autre qu’un mort avec le préfixe « st » ajouté au nom de quelqu’un qui était vivant, et qui ne l’est plus. On prie un mort en fait. C’est tout pareil, sauf que comme tout est écrit, ça fait plus professionnel, plus « classe », et du coup ça paraît moins glauque.

NB: Cet analogie a été remarquée aussi par certains africains, c’est ainsi qu’une grande proportion de camerounais Bamilekés *un peuple assez friand des cultes des morts* se retrouve dans la religion catholique, créant ainsi une « adaptation » à leur sauce de la prière des saints. Je ne juge pas, je décris.

-Le dansisme ou transisme

Les peuples noirs aiment chanter et danser, c’est probablement inscrit dans les gènes, et que ça plaise ou non, les noirs aiment bien les démonstrations émotionelles agitées. Ainsi, nous avons dans nos traditions des danses rituelles qui ne sont pas toujours au goût des puristes, bien qu’elles soient très appréciées des évangéliques *équivalents occidentaux des « églises réveillées »*.

Pour le chant, ça va, D’après la Bible l’adoration et la louange sont la raison d’être de l’homme.

Accepter la danse et les transes paraît un peu plus compliqué. Ça saute, ça crie, ça pleure sous l’inspiration du Saint Esprit, et parfois ça fait même des choses considérées comme des aberrations pour tout individu, sous prétexte d’inspiration divine, alors c’est difficile de faire la différence.

Mon avis, le mien à moi, est que l’on peut exprimer l’amour de Dieu de toutes les façons possibles tant que ça ne nuit pas à l’expression de l’autre, et le roi David lui-même a dansé comme Yannick Noah en concert un jour. Bien sûr les musulmans ne seront pas trop d’accord, le calme et le recueillement sont d’usage dans leurs communautés.

-Le reste:

Les transformations animales, les versages d’alcool sur le sol avant de boire, les jujubages, fermages de bouteilles d’alcool pendant la consommation *oui ça a souvent un rapport avec l’alcool*, les scarifiages sacrifiages tradipratiquages et cetera cetera, nous serons encore surpris d’apprendre ceci:

la religion la plus proche de ces habitudes est très probablement le judaïsme. Les juifs « pratiquants » affectionnent assez certaines habitudes traditionnelles, peut-être même plus que les africains.

Même si il en est certaines sont tirées de la Torah (Bible hebraique), notamment la brith millah (la circoncision) ou l’alimentation Kasher (pas de nourriture impure), on observe aussi certaines traditions totalement sorties de nulle part comme la bar mitzva ( le rite de passage à la majorité juive), le port de la « Kippa » lors des événements religieux, ou la fête de Hannouka (la fête des lumières). Comme pour dire que L’Afrique n’a pas le monopole des habitudes folkloriques.

On peut résumer cet article en disant que, toutes choses étant égales par ailleurs, s’agissant de culture il n’y a qu’une conclusion  tirer:

Tant qu’il n’y a rien d’immoral, tout est normal.

Détails liés au judaïsme
Détails liés à l’Islam
Détails liés au catholicisme
Détails liés au protestantisme *Il y en a pas*
Détails liés à L’Afrique
Bien sûr je vous conseille vivement d’aller suivre les vrais blogueurs  du tbc, c’està dire tchoupinov, Elieko, WillFonkam, intheeyeofLeyopar, Elsadiamond *celle que j’ai préféré* et La rageuse.

Publicités

Publié par

Et vous? Qu'en pensez vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s