À tout camerounais fier de son pays:


Ante Scriptum: Élie, au cas où tu tomberais par hasard sur cet article *oui Je sais que tu ne lis pas chronique*, je suis sûr que tu te reconnaîtras. Sache que la partie qui dit que je t’admire et à quel point je t’apprécie… est fausse.

À tout camerounais fier de son pays:

Wabidiboo, c’est la #Chronique_dAD, et mon invitée est un modèle.

Elle s’appelle Élie *bien sûr c’est un pseudo*, fait du sport tous les matins, joue dans l’équipe de basket de son université, se trouve des stages à l’étranger dans le but de se payer un Iphone, fait du shopping avec ses amies pour trouver le sac parfait pour sa nouvelle robe, et au-delà de tout çà, elle détient  un objet qui sublime toutes ces petites qualités:

*commentaire salace? Blague nulle? Suspense*

Dans sa chambre, dans un coin de son placard *commentaire salace*, elle a un maillot de l’équipe du Cameroun, qu’elle sort tous les soirs de grand match, accompagnée de son brassard tricolore.

Ouip, Aujourd’hui, le sujet dont on va parler, c’est la fierté nationale.

Mettons nous d’accord, ce type de profil est assez rare dans notre pays, où dans les bars *lieu qui m’est totalement étranger je le précise sans mauvaise foi 🙂 *, entre deux Guiness, on voit des gens crier le malheur des camerounais, et prophétiser avec fougue la guerre inévitable qui aura lieu après le décès d’une certaine personnalité, chef des armées.

Oui, nous pensons tous la.même chose: Quel bel exemple pour la jeunesse nous avons là.

Pour être plus clair, le peuple camerounais n’est pas *le lecteur me contredira dans les commentaires si J’ai tort* le plus fier de sa nation qui soit.

Les choses évoluent de nos jours, certes, mais dans l’ensemble ne nous mentons pas, beaucoup d’entre nous renieraient leur mère patrie sans hésiter pour un bout de trottoir occidental, et cher lecteur si tu en doutes alors cherche Cameroun+fuites+jeux olympiques sur google, même si avant de le faire je te conseillerais de te préparer à cracher ton patriotisme par les trous de nez.

Dire que le pays va mal, ou trouver tel ou tel coupable ne m’intéresse pas vraiment, je laisse çà aux vrais journalistes qui seront d’ailleurs plus aptes que moi pour cette tâche.

Mon kif à moi, c’est plutôt de rappeler quelque chose: le nationalisme est peut-être un concept abstrait pour certains d’entre nous *non tu crois?*, mais pas pour tout le monde.

Sauf que voilà. S’il s’agissait de regarder deux trois matchs à la télé et de crier « buôôôô » aux bons moments, la problématique de cet article serait inexistante, surtout que ces derniers temps ça ne se bouscule pas dans les filets des nos adversaires. Où se trouve donc un bon nationaliste? Que fait-il? Pourquoi?

Déjà un bon nationaliste connait son pays, s’intéresse à l’évolution de son pays, connait au moins le premier ministre de son pays, et n’insulte pas lui même tout seul de son plein gré les habitants de son pays:

« Vraiment les camerounais hein… »

« C’est pour çà que je suis SÛR que ce pays ne va jamais avancer »

« Vraiment, ILS sont TROP bandits »

-conversation entre un vendeur de dvd pirates et un chauffeur de moto sans permis-

*Out Of the point: quand tu dis çà tu penses à quoi exactement dans ta tête? Tu crois que tu es péruvien?*

Bref.

Je suis quand même d’accord avec le fait que l’administration ne fait pas grand chose pour encourager la population à aimer la nation, et ce serait difficile d’en vouloir à un fonctionnaire qui n’a pas reçu son salaire depuis deux à cinq ans lorsque qu’il critique l’État, car lui il sait de quoi il parle. Mais quand bien même, nous pouvons et devons faire un effort dans ce sens, parce que sinon nous laisserons à nos enfants une terre encore plus aride que celle que nous ont laissé nos pères, qui s’étaient déjà pas trop mal débrouillés en matière de naufrage étatique.

Les choses évolueront d’une manière ou d’une autre, mais c’est à nous, population de « l’Afrique en miniature » de nous battre pour qu’elles aillent dans le bon sens, car le mauvais n’est jamais qu’une transition entre le « meilleur » et le « pire ».

C’est justement selon cette optique que la demoiselle dont je parle peut être considérée comme un modèle, car bien qu’elle soit obligée par les études qu’elle fait d’être hors du pays, elle se débrouille tous les ans pour revenir, et a pris le ferme engagement de servir la patrie coûte que coûte dans sa vie d’adulte. C’est une décision admirable, et l’affirmer avec une telle force est une chose qu’on entend pas souvent.

Oui j’entend les cyniques, qui ont piaffé en disant « c’est tout ce qu’elle a vu qu’elle pouvait faire? », ou « on va voir çà dans cinq ans ».

Ben vous avez raison, elle va peut-être se marier à un caucasien avec lequel elle vivra tranquille à payer l’Impôt sur la Fortune dans une banlieue parisienne, et peut-être qu’elle choisira de regarder « qui veut gagner des millions » au lieu des matchs des lions indomptables, se rappelant ses origines à un spectacle de Thomas Ngidjol de temps en temps.

Peut-être que tout Celà se produira, mais au moins, elle aura essayé, et c’est le plus important à mon avis.

Quoique J’aurai l’air vachement c*n si elle fait çà.

C’était la #Chronique_dAD, et j’aime mon pays.

Ps: le Ante Scriptum ça existe pas, je l’ai inventé.

Publicités

Publié par

Et vous? Qu'en pensez vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s